Carnet de route (2ème partie)

Vous trouverez ici le compte-rendu des sorties du club Véhicules Anciens de la Vienne....

(les photos correspondantes aux sorties sont visibles dans la rubrique "album photos" ou sur notre page Facebook)

 


 

2 0 1 2

 

 Balade en Saumurois le 21 avril 2012

 

     En cette journée du 21 avril, pour la balade dans le Saumurois, la météo n’est pas des plus favorable et à 8h00, sur le parking de l’Aiguillon, les parapluies sont de sortie parmi les membres du club Véhicules Anciens de la Vienne…… Du coup, peut-être en raison de la météo pluvieuse ou de la période de vacances scolaires, le nombre de participants est en dessous de la moyenne habituelle. On dénombre en tout 11 voitures anciennes ainsi qu’un équipage à bord d’une voiture…. moderne. De quoi, tout de même, remplir la salle du restaurant au déjeuner !! A noter le « total look » de France, au volant de sa Mini…. Parapluie à l’effigie de l’Union Jack et lunettes assorties. Une touche colorée dans cette grisaille matinale.

 

     Vers 8h30, l’intégralité du convoi s’ébranle en direction de Turquant. L’intégralité du convoi ? Enfin presque car en queue de cortège, on va vite s’apercevoir qu’il en manque…. un bout !! En effet, Claude et sa Hotchkiss n’iront pas plus loin que le parking de l’Aiguillon. La Hotchkiss refusant obstinément de redémarrer et d’aller plus loin…. Panne d’alimentation apparemment. Le véhicule de « Secours et d’Assistance » du V.A.V., la Peugeot 203 plateau de Jean remorquera la Hotchkiss jusqu’à un hangar proche où Claude et Françoise échangeront leur monture pour une…. camionnette, histoire de ne pas perdre de temps et de rejoindre le convoi au plus vite. Le convoi étant à nouveau au complet, la route se poursuit tranquillement, sous la pluie tout de même, jusqu’au superbe village de Turquant. Au passage, nous emprunterons une route, longeant la Loire et ses coteaux où l’on pourra admirer de nombreuses habitations troglodytiques et ouvrages divers. A Turquant donc, arrêt « casse-croûte » rapide avant de repartir vers Bagneux et son musée du moteur. En cours de route, vers 10h30, miracle, un beau soleil fera son apparition, en alternance avec des passages nuageux. A quelques centaines de mètres du musée du moteur, la tête du convoi stoppe…. Serait-on perdu ? Cela ne ressemble guère à Michel dont l’organisation, le timing et l’orientation relèvent toujours de la perfection. En fait, il s’avère que c’est la Samba cabriolet d’Alain qui est victime d’une crevaison. Le temps de changer la roue et Alain nous rejoint, 500 mètres plus loin, au musée. Décidemment, ce n’est pas la journée !! 

 

     A l’entrée du musée, deux bénévoles nous attendent pour une passionnante visite guidée des lieux, scindée en deux groupes. Voici le premier musée (www.museedumoteur.fr) entièrement consacré au moteur. Il a été créé à Saumur  en 1986 par la triple volonté des anciens élèves de l'École Industrielle de Saumur, de la Ville de SAUMUR et du Lycée Sadi Carnot. Il a pour objectif de présenter et faire vivre les moteurs à combustion interne anciens ou contemporains. Nous pourrons y observer de véritables œuvres d'art industrielles. Collection originale réalisée par des passionnés, ces moteurs ont été utilisés en moteurs principaux ou auxiliaires pour les transports, les groupes électrogènes, les motopompes et dans tous les domaines nécessitant de l’énergie mécanique.

 

.....de 1898 à nos jours,

 

.....de 80 grammes à 21 tonnes,

 

.....de 1 à 12 cylindres.

 

     Des moteurs fonctionnant au gaz, à l'essence, au gazole..... De type atmosphérique et turbocompressé, ainsi que des accessoires étonnants. La plupart en état de marche, ils évoquent leur histoire et leur application dans l'industrie, l'agriculture, les transports depuis plus d'un siècle. Ce " temple " de la mécanique est ouvert au public depuis 1992 dans les murs d'une ancienne usine de style Baltard où l'on fabriquait des capsules de sur bouchage de bouteilles. Ce premier musée du moteur est unique tant dans le thème abordé que dans la présentation pédagogique et historique des différentes pièces. Cette rétrospective a le mérite de présenter des modèles remis en état de marche grâce à des passionnés. Ce musée du moteur, enfin, présente un fantastique enjeu humain : il est voulu par les anciens d'une école qui rayonnent activement dans le monde, dans l'industrie française, et s'associe aussi à un lycée qui forme les cadres de demain. Le club V.A.V. tient à remercier chaleureusement ses deux guides pour cette passionnante visite et pour leur passion communicative.

 

     A l’issue, vers 12h00, un apéritif sera offert par le club, dans les murs du musée. Puis, à 12h30, retour aux voitures, sous le soleil pour se diriger vers le restaurant situé à Chênehutte Trèves Cunault, cela ne s’invente pas !! Et là, la surprise est grande. Tout d’abord, nous commençons par emprunter une porte située à flanc de coteaux et qui donne accès à une « galerie », c’est le mot, nous conduisant au restaurant « Les pieds bleus » (www.cave-aux-moines.com), situé à une 50 de mètres plus loin dans des salles troglodytes !!! Quelle expérience étonnante que de déjeuner « sous terre ». Ce site troglodyte regroupe une champignonnière, un cellier, un restaurant et un night club !! Nous dégusterons un excellent repas fait de spécialités locales et très… copieux ! Dès le plat de résistance, nous comprendrons mieux pourquoi la serveuse nous déconseilla de prendre du pain avec l’entrée. Mieux valait garder de la place pour la suite !!! Mieux vaut d’ailleurs engranger des calories car la température à l’intérieure du restaurant est fraîche. Nous sommes sous terre…..

 

     A 15h15, nous sortons du restaurant, toujours sous le soleil bien que le grain ne soit pas loin étant donné la couleur des nuages se profilant à l’horizon….. Direction le site des caves Gratien-Meyer où nous arrivons vers 15h50 (www.gratienmeyer.com). Avec pour toile de fond la vue sur la lumineuse vallée des Rois, la maison Gratien & Meyer domine majestueusement la Loire. Dans ce "temple du Saumur", les techniques modernes ne sont utilisées que pour mieux servir la tradition. Le Chenin est le cépage principal du "Saumur à bulles". Associé au Cabernet Franc, il donne des vins fins, typés et élégants qui vieillissent de longs mois dans les galeries creusées dans le tuffeau. Nous assisterons également à une visite guidée mais cette fois des caves de la marque où nous sera révélé toute son histoire ainsi que le processus d’élaboration et de fabrication des productions maison. Puis ce sera le passage obligé vers la boutique où beaucoup en profiterons pour ramener quelques bouteilles du cru local. A noter, un surprenant concept de pétillant avec, à l’intérieur de la bouteille, des particules d’or 23 carats en suspension !! Pour le moins étonnant et surprenant….. La boutique jouissant d’une vue exceptionnelle sur la vallée de la Loire, nous pourrons assister au passage d’une belle averse qui arrosera copieusement les voitures situées sur un parking en contrebas. Au moins, elles seront propres. L’averse s’éloignant, vers 17h30, nous rejoignons les véhicules pour faire la route mais cette fois, en sens inverse, en direction de Châtellerault. Au passage, Alain, déjà victime d’une crevaison ce matin, s’apercevra qu’il avait oublié de remonter les vitres du cabriolet…. L’assise des sièges en sera pour le coup… humide et fraîche !!

 

     Avant la séparation finale à l’issue de cette journée bien remplie, nous nous arrêtons dans le centre du village de Tizay pour un dernier « casse-croûte ». La 203 plateau « assistance – secours » de Jean sera, encore une fois bien utile puisque, une fois la ridelle arrière ouverte, un ingénieux système de fabrication maison permettra de la transformer en table à pique-nique !! Merci Jean, la 203 a désormais prouvé qu’elle était indispensable pour accompagner toutes nos futures sorties….. Puis, vers 18h30, chacun reprendra la route après avoir essuyé une averse de grêlons, fort heureusement de petite taille !!

 

     Prochain rendez-vous du 31 mai au 3 juin pour le rallye touristique annuel qui, cette année, aura pour destination Saint-Nazaire. Et cette fois, sous le soleil !

 

Lien vers l'album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.3395726045409.2143350.1037450427&type=3&l=21e7ec9cc7

 

 


 

Sortie "dégommage" en pays Loudunais le 17 mars 2012

 
Première sortie de l’année pour le club « Véhicules Anciens de la Vienne », prémices d’une année qui s’annonce, encore une fois, bien remplit ! Sortie de tous les dangers également car beaucoup de véhicules quittent le garage où ils avaient été remisés pour l’hiver….. Rien de bien grave à signaler à l’occasion de cette journée et quelques petits réglages suffiront à tout remettre dans l’ordre. Et puis, le club V.A.V. a tout prévu puisque la Peugeot 203 « d’assistance » de Jean était présente, prête à faire face à toutes les situations.

 La météo estivale de la fin de semaine avait laissé envisager le meilleur pour cette journée. Malheureusement, c’est sous un ciel grisâtre que les voitures du club arriveront, petit à petit, sur le parking de l’Aiguillon où sera donné le départ. C’est justement au moment du départ que l’on peut se rendre compte du succès de cette 1ère sortie puisque l’on peut dénombrer 16 voitures, à bord desquelles auront pris place 36 personnes + 5 enfants. A 8h45, le convoi prend la direction de Thuré puis celles de Sossais, Orches, Berthegon, Monts sur Gaisnes, Guesnes, Angliers pour arriver au moulin de Puy d’Ardanne, sur la commune de Chalais. C’est à l’intérieur de ce moulin du XVIIIème siècle que se déroulera l’arrêt casse-croûte. Un accueil tout particulier nous a été réservé par le maire de la commune puisqu’à l’intérieur, nous aurons la bonne surprise de trouver un feu de cheminée bienvenu. Ce beau moulin cavier, récemment restauré, offre notamment une maçonnerie en tuffeau exceptionnelle ainsi qu’un panorama, de par son emplacement, sur le pays Loudunais et le Haut Poitou.

Après cette légère collation, retour aux voitures pour reprendre la route en direction du musée Renaudot, à Loudun. Malgré les nombreux feux rouges en centre ville, le convoi réussira à rester groupé et tout le monde arrivera à bon port, ce qui n’était pas gagné avec 16 voitures ! Les véhicules stationnés près de la mairie, le groupe se dirige à pied vers le musée Renaudot en admirant, au passage, la superbe façade ouvragée de l’église Saint-Pierre.

Un peu d’histoire : installé dans la maison natale de Théophraste Renaudot (1586-1653), une belle demeure du 16ème siècle, le musée rappelle que cet homme fut à l’origine de nombreuses institutions modernes. Bénéficiant du soutien du Cardinal de Richelieu, Renaudot devient médecin ordinaire du roi, puis Commissaire général des pauvres. A Paris, il met en place un Bureau d’adresse et de rencontres, ancêtre de l’Agence pour l’Emploi, et un Mont-de-Piété. En 1631, il crée la Gazette, premier journal de France. Les collections du musée comprennent de nombreux journaux d’époque ainsi que du matériel d’imprimerie. Il est également possible de descendre à 10 mètres sous terre dans une cave troglodytique ou flâner dans un petit jardin botanique.

La visite guidée du musée s’avèrera très ludique et nous en apprendra beaucoup sur la vie et l’œuvre de Théophraste Renaudot. Certains s’aventureront dans la cave troglodytique dont l’accès se fait par un escalier particulièrement raide de 51 marches.

Puis, c’est le retour aux voitures afin de reprendre la route vers l’aire de repos de la Briande où se trouve la maison de pays ainsi que, point non négligeable, le restaurant où nous déjeunerons. A 12h45, nous mettrons « les pieds sous la table » afin de savourer un repas pour le moins excellent. Au menu, une entrée originale composée de céleri remoulade, bulots ( ! ) et pommes granny smith. Puis s’ensuivra un magret de canard au poivre de Sichuan et une ardoise de chèvres de Moncontour. Pour finir, toujours dans l’originalité avec une crème brûlée maison flambée à l’alcool de Châtaigne. A noter que les crèmes brûlées seront flambées une par une devant chaque convive ! Les 5 enfants présents auront également droits à un menu personnalisé original qui aura beaucoup de succès.

A l’issue du repas qui s’achèvera aux alentours de 15h00, un petit détour par la maison de pays, jouxtant le restaurant, permettra à de nombreux membres du club de faire le plein de spécialités régionales.

Le convoi quittera l’aire de repos de la Briande à 15h20 pour se diriger vers Bernazay, chez M. et Mme Guitton, producteurs de champignons (Shii-Také, pleurotes, champignon de Paris, pieds bleus). Là, nous visiterons une des dernières caves de production familiale, à l’ancienne, du département. Mme Guitton nous expliquera en détail les différents modes d’élevage des champignons produits ici en cave. A la fin de cette visite, beaucoup passerons par la boutique afin de ramener un « échantillon » de la production locale, fort appétissante !

La fin de journée se profile et c’est l’heure du retour…. Un dernier arrêt pique-nique se fera à Curçay sur Dive sur le site du Pont de la Reine Blanche. Le Pont de la Reine Blanche ou Pont Saint Louis, petit pont de pierre à deux arches d’allure archaïque, enjambe l’ancienne Dive depuis l’époque gallo-romaine.

C’est sur le trajet vers Curçay sur Dive qu’un petit groupe de 3 ou 4 voitures choisira d’aller faire un peu de tourisme régional en perdant le convoi ! Les égarés, après avoir contacté la tête de convoi par téléphone, nous attendrons sur la place du village de Monts sur Guesne où ils seront remis dans le droit chemin !!

L’ensemble du groupe reprendra ensuite le chemin de Châtellerault en se dispersant au fur et à mesure.

 Un beau succès donc pour cette 1ère sortie de l’année et le temps maussade n’aura en rien entamé la bonne humeur des participants.

Prochaine sortie le samedi 21 avril 2012 à destination de Saumur. Au programme, visite du musée du moteur de Bagneux, déjeuner à la cave aux Moines puis visite / dégustation à la cave Gratien-Meyer.

 

Lien vers l’album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

 


 

 2 0 1 1

 

Balade en Indre et Loire le dimanche 18 septembre 2011

      Dernière sortie de l’année pour le club « Véhicules Anciens de la Vienne » et une participation qui s’annonçait faible au regard des inscriptions. Mais plus l’échéance se rapprochait et plus le nombre d’inscrits augmentait. La « balade en Indre et Loire » va finalement s’avérer être un beau succès en terme de participation, preuve en est de l’intérêt grandissant que suscitent les sorties du club. Parmi les participants, beaucoup d’amis de membres, invités par ces derniers et qui, de l’avis général, ont été impressionnés par la bonne humeur et la bonne ambiance qui règne au sein du VAV. Sans parler de l’organisation irréprochable de ces sorties qui contribue également à leur succès. Et puis, il faut bien l’avouer, les conditions météo contribuent aussi au succès d’une sortie et, comme pour toutes les précédentes, nous avons la chance d’avoir un soleil qui sera présent toute la journée…..

    Rendez-vous était donné à 8h00, sur le parking du restaurant l’Aiguillon, route de Richelieu à Châtellerault. Les premiers sur place sont deux équipages en provenance direct d’Angoulême où ils ont participé, la veille, au rallye international Charente, dans le cadre du circuit des remparts. Levés à 5h00 du matin, puis deux heures de route pour venir participer à la sortie club, il faut être motivé !! Mais quand on aime…… Puis petit à petit, les voitures arrivent et se regroupent et l’on pourra en compter 14 au total, auquelles il faudra en rajouter encore deux autres qui nous rejoindront en chemin. Quelques nouvelles acquisitions très remarquées dont une belle et rare Renault Alpine GTA V6 turbo, développant la modeste puissance de…. 250 cv (200 à l’origine) et à la très belle sonorité moteur. Une toute aussi belle et peu courante Alfa-Roméo Alfetta 1ère série « inox » (ou GTV), dans un état remarquable et à la belle robe rouge. Normal pour une italienne ! Le convoi se met en route à 8h20, ne pouvant plus attendre les derniers retardataires, le timing de la journée étant serré. Ces derniers nous rejoindront en route en ayant pris soin de prévenir par téléphone auparavant. Ils sont donc excusés !!

    A 9h00, arrivée à Richelieu et pause « casse-croûte » sous la halle couverte dont la charpente ancienne force le respect et l’admiration. Après cette collation sous les rayons d’un soleil matinal mais bienvenu, tout le monde se remet en route avec en point de mire, Rivarennes. Vers 10h15, le convoi s’arrête alors qu’il traverse la forêt de Chinon, à la hauteur du camp militaire du Ruchard. Un capot se lève, signe d’une panne mécanique. C’est une deux chevaux qui semble souffrir d’un problème de carburation. Mais l’ange gardien du club V.A.V. est là et Saint Dédé, à la barbe blanche immaculée, va encore accomplir un miracle ! Il ouvre le carburateur récalcitrant et, à l’aide d’une « soufflette » maison, probablement de son invention, nettoie les gicleurs. Pour l’anecdote, et il en a surpris plus d’un, la soufflette est branchée sur une roue de la 2cv, ce qui lui permettra d’avoir l’air sous pression nécessaire….. Il fallait y penser ! Le carburateur est remonté et la 2cv s’ébroue à nouveau, prête à repartir. Merci Dédé !

    11h00, arrivée à Rivarennes où se trouve le musée de la poire tapée, but de notre venue. Là, nous allons découvrir l’histoire de la poire tapée et de sa production liée au village de Rivarennes. Production qui faillit disparaître totalement, ainsi que tout son savoir-faire, en 1932 et qui a été relancée en 1988 grâce à l’association « la poire tapée de Rivarennes » ( www.asso-petri.fr ). La découverte de l’histoire de la poire tapée s’accompagnera d’une dégustation savoureuse et d’un petit tour par la boutique.

    L’heure du déjeuner approchant, vers 12h15, retour aux voitures et départ pour le village de Huismes et le restaurant « La Petite Auberge ». Au passage, le convoi se scindera en deux, une partie continuant sa route après avoir raté une intersection ! Mais tout rentrera vite dans l’ordre et après avoir demandé son chemin, la partie du convoi perdue arrivera à bon port. Au restaurant, l’apéritif nous sera offert par Dédé qui est grand-père depuis peu. Puis, c’est un excellent repas qui nous sera servi dans une ambiance joyeuse. Au dessert, nous voyons arriver un invité surprise, venu se joindre à notre balade dominicale. Il s’agit de Thierry Moreau, artiste peintre bien connu dans le milieu de l’illustration. Il collabore régulièrement pour des revues traitant de moto de collection, d’aviation ancienne ou de vieux voiliers. Il a, entre autre, dessiné la dernière affiche du Bol d’Or Classic, manifestation de motos anciennes réputée. Peintre depuis longtemps, son thème de prédilection tourne autour des vieilles mécaniques, qu’elles soient roulantes ou volantes et des atmosphères typées années ’50. Thierry Moreau nous rejoint au volant de sa Porsche 924, tout juste sortie de la cabine de peinture et dont le remontage n’est pas achevé !!

    Fromage, dessert et café et, à 15h30, c’est le départ pour le château d’Ussé, le « château de la Belle au Bois dormant » dont la construction débuta en 1455. Classique château fort, il fût transformé en château de plaisance au XVIème siècle ( www.chateaudusse.fr ). Aujourd’hui privé, le château est encore habité à ce jour par ses propriétaires. Un accueil princier nous est réservé puisque nous stationnons nos voitures dans la cour d’honneur du château. Cette exposition constituera une attraction supplémentaire pour les touristes venus visiter le château ! Chaque membre du club aura loisir de visiter le château, sa chapelle, ses écuries et sa sellerie, ses caves ou encore l’orangerie et ses jardins. A 17h30, nous nous rassemblons tous, devant le château et sa cour d’honneur afin de réaliser une photo de groupe des membres du club présents.

    Puis, la fin de journée approchant, nous quittons le château d’Ussé pour nous rendre à Richelieu, mais par une route différente de celle empruntée le matin. Une dernière collation sous la même halle couverte et vient l’heure de la séparation après cette superbe journée.

    Une saison s’achève par cette dernière balade et quelle saison ! Michel a encore mis la barre très haut cette année par la qualité des sorties proposées et l’organisation irréprochable. Merci également à tous ceux qui ont participé aux reconnaissances, notamment pour le rallye dans le Périgord. De la part de tous les membres, un grand merci.

    Prochain rendez-vous le 27 novembre à l’occasion de l’assemble générale du club. Nous vous espérons nombreux car nous aborderons le programme de l’année 2012, procéderons à l’élection du nouveau bureau ainsi qu’à l’appel de cotisation. Bien entendu, tout cela se fera autour d’un bon repas !

Lien vers l’album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

  https://www.facebook.com/media/set/?set=a.171936042886846.44363.139829339430850


Balade rurale le samedi 23 juillet 2011

     La météo de la semaine, et du mois de juillet en général, laisse à craindre le pire pour cette journée de samedi….. Heureusement, Saint Michel, patron du club Véhicules Anciens de la Vienne, va encore faire un miracle puisque le soleil sera présent une bonne partie de la journée !

    En ce début de matinée, à 8h30, c’est sur le parking de l’Intermarché de Naintré que se retrouvent les participants à cette journée « rurale ». Malgré la date estivale, ou une bonne partie de la France se retrouve sur le bord des plages, en vacances, ce sont neuf voitures qui vont prendre le départ de la balade avec une trentaine de personnes à leur bord. D’autres voitures rejoindront le convoi tout au long de la journée.

    Peu de temps après le départ, le convoi est contraint de faire une halte improvisée à Vouneuil sur Vienne. En effet, Jean et sa Bmw 1600 cabriolet connaissent quelques soucis de frein….. Jean, sentant la pédale de frein fuir ses responsabilités ( ! ) à la présence d’esprit de s’arrêter. Bien lui en prend car la Bmw parvient à stopper tant bien que mal, freinage totalement inopérant…. Défaillance du circuit de freinage mais la Bmw ne pourra aller plus loin. Elle est stationnée sur une place de parking, en centre bourg où l’on viendra la chercher à l’issue de la journée. Son conducteur et ses passagers se répartissent dans les véhicules présents. Les aléas de la voiture ancienne mais la solidarité entre les membres du club permet de faire face à ce genre de situation impromptue.

    Le convoi se remet en route pour arriver vers 10h00 à la ferme céréalière du Breuil, spécialisée dans la production d’huile alimentaire de Colza et Tournesol (www.lecoinfermier.com). Avant de commencer notre visite, le casse-croûte sera offert par le club histoire de bien débuter la journée !

    A l’issue, Monsieur Jean-François Lidon, propriétaire de l’exploitation, nous apprendra tout sur la fabrication de ses produits issus de l’agriculture raisonnée. Les huiles sont fabriquées à partir de graines provenant de l’exploitation. Elles sont ensuite pressées à froid à l’aide d’une presse mécanique. S’ensuit une décantation d’un mois dans des cuves appropriées. La filtration s’effectue avec un filtre à plaques pour obtenir une huile clarifiée tout en gardant ses qualités gustatives. La mise en bouteille est également réalisée à la ferme. L’huile de Tournesol peut-être utilisée pour l’assaisonnement et la cuisson. Quand à l’huile de Colza, elle peut s’utiliser en assaisonnement, salades, tomates, crudités, poissons en papillote, etc, etc….

    Vers 11h00, départ vers Chasseneuil. Nous arrivons aux alentours de 12h00 sur la propriété de Jean et Yolande, membres du club. Là, c’est un accueil exceptionnel qui nous est réservé….. En effet, Jean a sorti l’intégralité de sa collection de tracteurs anciens ainsi que quelques voitures tout aussi anciennes. Son épouse a préparé, en parallèle pour ces dames, une exposition de broderies, patchwork, coiffes poitevines traditionnelles et autres produits, tous faits main.

    Cerise sur le gâteau, un ami et voisin de Jean, M. Bernard Hechard nous présente quelques beaux exemplaires de motos anciennes, issus de sa collection personnelle. Ces modèles sont plus neufs qu’à leur sortie d’usine. On peut ainsi admirer une Nimbus, une Norton ainsi qu’une Honda 350. Il a également sorti une Alpine A 310 qui se trouve dans un état irréprochable. M. Hechard fut le concepteur et le fabricant des side-cars "HECHARD", marque connue dans toute l'Europe parmi les adeptes motos. Il possède une centaine de motos de collection dont des exemplaires uniques. Il présentait plusieurs exemplaires ainsi qu'un prototype de side-car monobloc qui, bien qu'homologué, ne fut jamais mis en production. Cette marque existe toujours, reprise par un jeune passionné, elle réside dans la zone d'activité de Chasseneuil. Vous pouvez d’ailleurs lire l’historique de la marque sur son site : http://www.hechard-sidecars.com/index.php?rub=presentation .

    En préambule, un apéritif nous est offert par le club et nos hôtes, sur la terrasse de leur belle demeure. Puis, nous nous dirigeons ensuite vers une magnifique grange, attenante à la maison pour le déjeuner. Là, Jean-Louis et son équipe du « Méridional » nous ont préparé un copieux et succulent repas.

    Après ce déjeuner, Jean nous a préparé une présentation commentée et agrémentée d’anecdotes sur sa collection de tracteurs anciens. Nous découvrirons ainsi des marques aujourd’hui disparues et oubliées telles que Vendeuvre, Hürlimann, Mc Cormick, Lanz, Hanomag, SFV, etc, etc…. Sous nos yeux ébahis, il en profitera pour en démarrer quelques uns dont certains n’ont pas tournés depuis quelques mois. Malgré cela, le démarrage s’effectuera au quart de tour….. Robustes, rustiques, increvables, certains de ces tracteurs présentent des caractéristiques techniques originales et surprenantes pouvant parfois fonctionner avec ce qui tombe sous la main : huile de vidange, huile de Colza, goudron, fioul….. Mais le clou de la visite restera les tours de conduite que chacun pourra effectuer au volant de ces tracteurs. Et, dans l’auditoire présent, beaucoup n’ont jamais eu un volant de tracteur entre les mains. Et c’est à un ballet de tracteurs que nous pourrons assister, chacun s’en donnant à cœur joie !

    Pour finir, laissons Jean nous livrer quelques histoires et anecdotes passionnantes sur quelques modèles de sa collection :

    «......les VENDEUVRE : toute la production de 1955 est présentée. Du monocylindre 20cv bicylindres, au 40cv tri-cylindres 55cv (à noter que ce modèle a été récupéré dans une haie, abandonné pendant 15 ans. Tout a été refait : moteur, boite et pont et sa remise en état a demandé 2 ans de travail, de persévérance et de patience !!!), au quadri-cylindres 70cv produit à 50 exemplaires seulement, capable de tracter une charrue de 4 socs, présentée, labourant 1m30 de largeur. Enfin, toujours de la marque VENDEUVRE, un 6 cylindres de 6 litres de cylindrée, 90cv sur un groupe électrogène qui démarre à la manivelle ! Capable de produire du 220 volts avec une puissance de 34 KVA. Ce groupe pourrait alimenter une trentaine de foyers et sert actuellement pour alimenter les fêtes en pleine nature.

    Le LATIL, tracteur forestier de 65cv, à 4 roues motrices et directrices qui fut le roi des forestiers pendant plusieurs décennies. Durant 10 ans, je lui ai fait parcourir plus de 2000 kms en transportant du bois de chauffage, avec une remorque de 10 tonnes. Le tracteur seul pèse 5 tonnes.

    La "bouillote" ALLGÄIER, ce tracteur de 20cv ne possède pas de radiateur. Il refroidit par évaporation car il possède une réserve d'eau de 60 litres qu'il faut alimenter régulièrement. Pour une journée de travail, il consomme 10 litres de fioul et... 20 litres d'eau !! Engin très rustique, il démarre à la manivelle à l’aide d’une petite mèche qui remplace la bougie........ ».

    Egalement visible, le tracteur de M. Serge Boutin que nous remercions également chaleureusement pour son aide tout au long de la journée. M. Boutin possède un tracteur de marque SOCIETE FRANCAISE, de 1948, 45 cv monocylindre, semi-diesel, avec un piston de 225 mm de diamètre. Sa finition est supérieure à ce qu'il était en neuf…. A ce titre, il mérite un grand coup de chapeau.

    En parallèle, Yolande, l’épouse de Jean a préparé une présentation de broderies, coiffes poitevines, patchwork et autres points de croix pour les dames présentes. Le détail, l’exactitude apportée dans la reconstitution de coiffes et bonnets poitevins est tout simplement impressionnant. Sans parler du niveau de maîtrise nécessaire à leur reconstitution…… Egalement présentée, une surprenante collection de « cartes postales » réalisées au point de croix et qui ont toutes voyagées par…. La Poste, timbre et affranchissement faisant foi !!

    Malheureusement, les impératifs horaires nous obligent à prendre congé de nos hôtes. Jean et Yolande, l’ensemble de personnes présentes, petites et grandes vous adressent tous leurs remerciements pour ce magnifique moment passé en votre compagnie et pour le travail déployé autour de cette visite. Ce fût une après-midi riche en découverte, intéressante et passionnante. L’essai des tracteurs restera dans les mémoires de tous pendant très longtemps. Vous n’avez pas fini d’en entendre parler lors des prochaines sorties !!! Un grand merci également aux personnes présentes ce jour là et qui ont œuvrées en présentant des véhicules ou en prêtant main forte à Jean.

    Vers 16h30, le convoi s’élance vers la ferme du Maras pour visiter un élevage de chèvres qui sera suivi d’une dégustation de produits maison. Sur place, nous assisterons à la traite automatisée des chèvres. Notre guide nous en apprendra un peu plus sur l’élevage et la production de fromage. Puis, nous aurons droit à une dégustation de différents fromages de chèvres ainsi que de gâteau au fromage, le tout agrémenté d’un verre de vin rouge.

    La fin de journée approchant, nous quittons la ferme du Maras pour nous diriger vers Bonneuil-Matours où nous ferons une dernière pause « casse-croûte ». Puis c’est l’heure de la dislocation du convoi après cette journée bien remplie.

    Bonnes vacances à tous, prochain rendez-vous le 18 septembre pour la dernière sortie de l’année.

 Lien vers l'album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

 https://www.facebook.com/media/set/?set=a.146522365428214.39471.139829339430850&l=751ea4b77e&type=1

 


                                 Balade et pique-nique le 11 juin 2011

 

    Traditionnellement, parmi toutes les sorties du club, celle du mois de juin est celle qui rassemble le moins de monde. Année après année, cela se vérifie par une participation moindre des membres. Juin est probablement un mois chargé pour tous, entre les WE en famille, les mariages, les communions, les invitations diverses, les agendas sont souvent bien remplis……

    Cependant, 2011 dérogera à la règle puisque, à l’inverse des autres années, cette sortie a connue une forte participation. Nous devions être une quinzaine de personnes à l’origine puis les inscriptions ont affluées en masse peu avant le jour J. Résultat, environ 26 personnes, sans compter les nombreux enfants présents et une quinzaine de voitures, joli score !

    9h15, sur l’esplanade du musée Auto Moto Vélo de Châtellerault, les voitures anciennes commencent à arriver et à se mettre en bon ordre devant les anciens locaux industriels. Le soleil est présent mais la température encore fraîche pour inciter les propriétaires de cabriolet à enlever le haut !! Seul Alain bravera le froid au volant de sa Citroën.

    La journée commence par une collation, offerte par le club, sous l’œil bienveillant des deux immenses et imposantes cheminées en brique rouge. Cheminées reliées entre elles par une passerelle, accessible au public et que certains ne se priveront pas d’emprunter, les enfants en tête. Une fois sur la passerelle, à une hauteur respectable, c’est une vue imprenable sur les toits de la ville de Châtellerault et sur la Vienne qui s’offre aux plus hardis.

    Inscrire le musée Auto Moto Vélo de Châtellerault au programme de la journée était un pari osé. En effet, la grande majorité des membres du V.A.V. a déjà visité le musée et pour cause….. le club étant constitué de membres « locaux » ! Cependant, ceux qui ont déjà visité le musée, et ils sont nombreux, s’en souviennent comme d’un endroit peu agréable où les voitures sont rangées de manière anarchique, manquant de place…. Bref, n’incitant pas à la visite. Mais nous allons vite nous apercevoir que l’on ignore souvent les trésors qui sont sous nos yeux, à portée de roue, et qu’il n’est nul besoin de faire des kilomètres et des kilomètres pour profiter d’une belle visite.

   Dès l’entrée, c’est une agréable surprise qui nous attend, visiblement tout a changé…. L’endroit est lumineux, grâce aux verrières du toit, et l’architecture, de l’ancien site industriel de la manufacture d’arme de Châtellerault, superbement mis en valeur. Le musée présente de beaux volumes et l’on a largement la place pour déambuler entre les voitures, les motos, les vélos parfaitement mis en valeur et qui sont tous dans un bel état de présentation. Les lieux semblent comme neufs et, au fur et à mesure de la visite, on va de surprises en surprises….

    A l’entrée, l’exposition commence avec des vélos, de toute forme et de tout âge, du début du vélocipède à nos jours. Puis, c’est au tour des voitures et des motos qui se mêlent de manière heureuse dans un mariage judicieux. Au fil de la balade, nous remontons le temps, du plus lointain au plus récent. De belles pièces parmi les voitures telles qu’une Bugatti ou une superbe Voisin dont le design de l’époque, le soin apporté à chaque détail ne peut laisser insensible. Le clou du spectacle est la reconstitution fidèle d’un garage / station service des années ’60. Il ne manque plus que les bruits de tous les jours et, en fermant les yeux, on s’y croirait ! Ca et là sont disposés des éléments de la vie quotidienne, qu’ils soient en rapport avec l’automobile ou la vie quotidienne. Ils agrémentent le décor, contribuent à créer une ambiance et nous remémorent bien des souvenirs.

    Mis en valeur dans une galerie vert pomme, une belle collection de scooters, dont ce n’est pas l’envie d’en prendre le guidon qui manque, tellement leurs lignes sont craquantes et typiques d’une époque révolue. Puis vient le tour des GT italiennes avec quelques beaux exemplaires de Maserati, Lamborghini, Ferrari. Monstres sacrés immobiles mais qui dégagent une telle sensation d’agressivité et de sportivité même à l’arrêt ! Nombreux également, les véhicules dignes d’intérêt et dont les quelques heures consacrées à la visite du musée ne suffiront pas à les détailler. Ici, une NSU Prinz, là le prototype Citroën M35 n°442 à moteur rotatif, etc, etc…. Enfin, pour clôturer cette visite, l’exposition temporaire consacrée à la Renault 4L qui fête, cette année, ses cinquante bougies. Icône de l’automobile made in France qui a accompagné les évolutions de la société française pendant plus de trente ans….. Des premières 4l aux séries limitées des années ’80, elles sont toutes là et même plus, superbement mis en valeur dans une déco aux couleurs kitsch, symbole d’une époque.

    C’est avec regret que la visite s’achève tant ce musée est agréable et passionnant à voir. Cette visite fût bien trop courte et il est fort possible que nombre d’entre nous y revienne, à titre individuel pour y consacrer un peu plus de temps. En tout cas, si vous passez sur Châtellerault, un conseil, arrêtez-vous, vous ne le regretterez pas !

    De retour sur l’esplanade, surprise, un club Volkswagen Golf cabriolet type 1 est également là, probablement en balade à l’occasion d’une sortie. A en voir les plaques d’immatriculation, certains n’ont pas hésité à faire des kilomètres !

    Puis, vers 11h30, l’apéritif nous est offert par le directeur du centre Autosur, situé à Naintré et dont nous sommes nombreux à lui confier nos voitures à l’occasion d’un contrôle technique. Un grand merci pour ce geste, qui n’est pas le premier, et qui traduit un état d’esprit allant au-delà d’une simple relation commerciale.

    Vers 12h00, le convoi se met en route, direction Bonneuil-Matours et sa base de loisirs de Crémault située en bord de Vienne. A l’ombre des arbres, profitant de l’aire de pique-nique et de ses tables, chacun profitera de son panier repas dans un cadre fort agréable.

    A l’issue, à 14h30, nous reprenons la route pour quelques kilomètres, traversant au passage la forêt de Moulière, afin de rallier Neuville du Poitou, où nous attend la visite de la brasserie de Bellefois. Nous aurons droit à un exposé complet sur la fabrication de cette bière du Poitou dont les noms sont évocateurs des batailles Poitevines : la 507 : Clovis, la bataille de Vouillé – La 1356 : Jean Le Bon, guerre de cent ans, Nouaillé-Maupertuis – La 732 : Charles Martel, la bataille de Moussais – La 1356 : le Prince Noir, guerre de Cent ans, Nouaillé-Maupertuis.

    Cette brasserie, installée depuis 2003 a été créée de toute pièce par un couple qui a tout plaqué pour s’investir totalement dans ce projet. Et comme le dit si bien la « patronne des lieux », n’écoutez surtout pas ceux qui vous diront : « ca ne marchera jamais….. » ! Depuis, en plus de la brasserie, ont été créés un restaurant attenant ainsi qu’une boulangerie. Le succès est au rendez-vous, au prix d’un travail acharné, mais lorsque l’on propose des produits de qualité, fabriqués avec soin et attention, voila bien la preuve que cela peut marcher….. Après cet exposé instructif, place à la dégustation des différentes variétés de bières. De la bière blanche à une bière plus dorée, chacun en trouvera une à son goût et les bocks se videront rapidement !! Mais cette dégustation se déroulera avec modération, bien entendu, chacun reprenant la route ensuite.

    La fin de journée approche déjà et quelques uns nous quittent sur le parking de la brasserie après la visite et les inévitables emplettes ! Pour ceux qui restent, et ils sont encore nombreux, direction la charmante commune de Colombiers où, sur un terrain surplombant la vallée, nous aurons droit à un dernier casse-croûte avant de nous dire au revoir.

    Rendez-vous le 23 juillet, à l’occasion d’une sortie où il sera question de tracteurs anciens, de produits de la ferme et, bien entendu, d’un bon repas !

 Lien vers l'album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.140461812700936.38177.139829339430850&l=df82f0b2ba&type=1

                        Rallye touristique dans le Périgord noir du 20 au 23 mai 2011

                                                                          (compte-rendu écrit conjointement avec Jean R.)

 

Vendredi 20 mai

Jour J….. Le rallye touristique annuel du club Véhicules Anciens de la Vienne va s’élancer en direction du Périgord. Le programme prévu pour ces quatre jours est alléchant et la météo promet d’être belle. Toutes les conditions sont réunies pour passer de bons moments et chacun attendait ces quatre jours avec impatience !

A 8h00, c’est le départ de l’aérodrome de Châtellerault avec 9 voitures présentes.

 A 8h30, passage à Chauvigny avec le 1er embouteillage ( ! ), nous récupérons une voiture de plus au passage. Traversée de Morthemer avec son magnifique château et direction Lhommaizé, Verrières. 9h30, premier arrêt à la sortie de l’Isle-Jourdain pour la pause « café – gâteaux ». 10h00, après cette pause, départ vers Luchapt, Brillac, Lesterps. Dans les longues lignes droites interminables, depuis la voiture balai, nous pouvons admirer le convoi dans son intégralité. Convoi semblable à une chenille ou bien à une transhumance se dirigeant, guidée par son pâtre (Michel), vers les vertes collines du Périgord ! Peu après Rochechouart, nous récupérons l’Alfa Spider de nos amis Charentais, Jean-Pierre et Jacqueline. Nous sommes maintenant 11 voitures. C’est alors que la Porsche 914 d’Olivier nous fait son caprice ! Ce dernier nous fait signe de poursuivre car, nous dit il, il lui faut un peu de temps pour la raisonner ! 12h00, arrivée à Bussière-Galant, espace Hermeline, pour le pique-nique du déjeuner. Le groupe s’installe sur une grande table commune, à l’ombre. Cet espace de loisirs, situé autour d’un petit lac, est superbe et reposant. Ses commerces alentours permettent à certains de se procurer des compléments de repas. D’autres ne peuvent résister à l’appel d’une sieste réparatrice alors que des courageux font le tour du lac, à pied, en guise de digestion. 14h00, départ et, après le pont SNCF, les deux dernières voitures s’écartent du « troupeau » et partent en direction de Saint Yrieix ! Affolement des deux égarés et du guide ! Grâce à radio VAV, les deux brebis rejoignent le groupe à Saint-Priest et le convoi peut poursuivre sa route vers Jumilhac et son magnifique château. A Excideuil, nous abordons les premiers virages ombragés, ils constitueront l’un des charmes de ce circuit. Vers 15h00, pause à Tourtoirac, sous les magnifiques platanes plus que centenaires. Nous repartons en direction de Thenon, après être passé sous l’autoroute Brive-Périgueux. Puis Montignac, Pouillat et Marquay où, malgré une circulation dense, le groupe reste compact. 17h00, arrivée à Sarlat à l’hôtel de la Verperie après un périple de 290 kilomètres. A l’issue de cette dernière étape, nous récupérons deux couples venus de Bordeaux avec une Alfa Roméo coupé Bertone 1750 et une Triumph Spitfire 1500, toutes deux magnifiques. Nous formons maintenant un groupe de 27 personnes et 13 véhicules, car la Porsche 914, définitivement domptée suite à des problèmes d’allumage, nous a rejoint. Tard dans la nuit, arrivera un 14èmevéhicule avec notre dévoué secrétaire, Jean-Luc, descendu spécialement de Paris pour le rallye. Tout au long du trajet de la journée, nous avons bénéficié d’un temps splendide et d’une chaleur supportable.

Samedi 21 mai

Samedi 21 mai, les choses sérieuses commencent après cette journée du vendredi, passée sur la route, afin de rallier Sarlat.

Un superbe buffet « petit-déjeuner » attend tous les participants à partir de 7h30. Certains choisiront de se faire livrer ce petit-déjeuner dans la chambre, d’autres arriveront précipitamment après avoir oublié de régler le…. réveil la veille au soir !! Viennoiseries, confitures, miel, jus de fruits, café, chocolat, rien ne manque afin de prendre des forces pour attaquer cette journée au programme bien rempli ! Et puis, il faut bien avouer qu’il est bien agréable de prendre son repas sous la véranda, en ayant vue sur la piscine et la vallée.

Le petit-déjeuner pris, les chiffons, microfibres et autres « nénettes » sont de sortie pour faire briller les carrosseries et enlever les traces, consécutives à la route de la veille. A 8h30, les voitures brillent de mille feux et c’est en convoi que nous prenons la direction de Castelnaud pour y visiter son château médiéval ( www.castelnaud.com ). Là, une guide nous mènera de la basse-cour au donjon et nous apprendra tout ce qu’il y à savoir sur l’attaque et la défense des châteaux forts. Puis, nous aurons droit à une démonstration de « trébuchet »…. Le mot « trébuchet », si joli soit-il désigne l’une des plus puissantes machines de guerre du moyen âge, capable d’envoyer des projectiles de plusieurs centaines de kilos sur l’adversaire. A l’issue de cette visite guidée, nous pouvons découvrir la collection d’armes et d’armures du château, comprenant notamment une arbalète de taille…. démesurée !

Vers 11h30, l’heure du déjeuner approchant, nous quittons le château de Castelnaud pour nous rendre au restaurant « Le Périgord » où nous sera servi un repas gastronomique. C’est le ventre plein que nous repartons vers la commune de La Roque-Gageac. La sieste sera pour une autre fois ! Pour l’anecdote, le village de La Roche-Gageac est l’un des plus beaux villages de France et, selon notre guide de l’après-midi, le deuxième site le plus visité après le Mont Saint-Michel ! Information à vérifier….. Là, pour digérer tranquillement notre déjeuner gastronomique, Michel nous a prévu une balade sur la rivière Espérance à bord d’une « gabare », embarcation traditionnelle de la région ( www.norbert.fr ). Au cours des 55 minutes de navigation, nous découvrirons 5 des plus beaux châteaux de la vallée de la Dordogne. Navigation agrémentée des commentaires et explications de notre charmante guide de l’après-midi. D’ailleurs, Jean ne se privera pas de lui faire un brin de causette ! Le pauvre, cloué dans un fauteuil roulant à cause d’une mauvaise fracture, ne peut malheureusement assister à l’intégralité de la plupart de nos visites. Malgré tout, et avec de la bonne volonté, nous avons pu l’embarquer avec nous à bord de la Gabare. Puis, sous un soleil et une température dignes d’une belle journée de juillet, nous accosterons pour finir par une balade dans les ruelles de la Roche-Gageac où de magnifiques jardins aux plantes exotiques s’offrent aux visiteurs.

Mais là ne s’arrêtera pas cette journée au programme riche et varié. A 15h45, nous remontons dans les voitures et nous dirigeons, toujours en convoi, vers Vézac où se trouvent le site des jardins suspendus de Marqueyssac, site classé ( www.marqueyssac.com ). Les portes nous serons grandes ouvertes et nous stationnerons les voitures à l’intérieur du site. Voitures qui feront le bonheur des touristes présents d’ailleurs ! C’est à nouveau une visite guidée, en première partie qui nous attend. Complémentaire de la visite libre qui s’ensuivra, elle se déroule dans la première partie du parc. Cette visite guidée permet une meilleure approche des jardins et aborde l’histoire du domaine, le paysage, l’entretien des buis (150 000 pieds recensés….) et les travaux de restauration menés. Une des caractéristiques de la région, et dont il sera fait mention sur presque chaque visite, tient à la nature des toitures. Celles-ci sont recouvertes de lauze, la pierre locale, d’un poids de 500 à 800 kilos au mètre carré….. La toiture du château en est recouverte pour un poids de plus de 500 tonnes…. Mais nous n’avons pas tout vu, et après les magnifiques jardins suspendus, nous attend un des plus beaux panoramas du Périgord. En effet, au bout d’une demi-heure de marche, à l’intérieur du parc s’offre, au visiteur et à plus de 130 mètres au-dessus de la rivière, un point de vue exceptionnel sur l’ensemble de la vallée de la Dordogne, ses châteaux et ses plus beaux villages de France. Ce point de vue vaut largement la marche nécessaire pour s’y rendre. Quelques privilégiés auront également droits à la spectaculaire roue, exécutée par un paon en très grande forme, du côté du pavillon de la nature.

Cette première journée, riche et variée s’achève et vient l’heure du retour à l’hôtel de la Verperie. L’hôtel étant doté d’une belle piscine, France, Jean-Pierre et Jean-Luc revêtiront le maillot de bain afin d’aller piquer une tête dans une eau à température idéale. Rien de tel pour se détendre en fin de journée. Michel, si tu lis ces lignes, tu as placé la barre très haute sur le choix de l’hébergement et, malheureusement, nous aurons maintenant du mal à nous passer d’une piscine sur le prochain rallye !! Il faut dire que c’est un peu de ta faute, un hôtel avec piscine, quelle idée, on a vite fait de prendre de mauvaises habitudes !

A vingt heures, après une bonne douche vient l’heure du dîner. Toujours dans ce cadre superbe et sous cette belle véranda. A l’issue, un groupe de courageux se lancera dans une visite nocturne de Sarlat, mené par Michel B., en tête, qui s’improvise guide d’un soir…. Dans un joyeux « bazar », nous découvrirons les rues et ruelles du vieux Sarlat, superbement mis en valeur par un bel éclairage. Nelly voudra s’arrêter faire du shopping mais à cette heure tardive, les boutiques sont fermées. Qu’à cela ne tienne, elle sera à deux doigts de prendre le téléphone pour en faire ouvrir une…. Un moment d’égarement sûrement du à la fatigue de la journée mais nous n’aurons aucun problème à la ramener à la raison. Après une heure et demie de marche, tout le monde au lit car la journée de dimanche promet un beau programme également.

Dimanche 22 mai

Tout comme la veille, petit-déjeuner matinal copieux. Les anecdotes au sujet de la balade nocturne fusent ! Une mention toute particulière à Mickaël pour la conduite de sa 4 cv, la veille, sur les petites routes vallonnées du Périgord. Jouer avec la boite de vitesse à 3 rapports et la faible puissance disponible n’est pas si évident mais la petite 4 cv s’en sortira avec les honneurs, grimpant partout et sans ralentir la moyenne, félicitations !

A 8h30, départ pour le site de La Roque Saint Christophe, à mi-chemin entre Les Eyzies et Montignac-Lascaux ( www.roque-st-christophe.com ). Là, se trouve l’un des plus grands et des plus ancien site rupestre du monde constitué d’un fort et cité troglodytiques. A 10h00, une visite guidée nous y attend et nous découvrons, sur une longueur d’un kilomètre et une hauteur de quatre vingt mètres, des cavités naturelles occupées par l’homme à la Préhistoire puis, ensuite, modifiées pour devenir un fort et une cité du Moyen âge jusqu’au début de la Renaissance. Remarquable par ses formes, son nombre d’habitats et son ancienneté d’occupation par l’homme, ce site constitue un cadre d’une rare et sauvage beauté. L’ingéniosité des engins de levage du Moyen d’âge, présents sur le site, en laissera plus d’un admiratif !

11h30, après cette visite spectaculaire, c’est le village du Bournat qui nous attend ( www.lebournat.fr ), sur la commune de Le Bugue. Comment décrire le village du Bournat ?! Disons qu’au Bournat, le temps s’est arrêté…. Entre la beauté des vieilles pierres, le chant des ailes du moulin, l’église et l’école dont la cloche est encore prête à sonner la récréation, nous allons vivre un bel après-midi, riche en rires et en souvenirs inoubliables ! Nous remercions d’ailleurs le village du Bournat pour son accueil, puisque la direction nous ouvrira les portes du parc et que nous pourrons stationner nos voitures dans l’enceinte même du village. Nos voitures constitueront ainsi une attraction supplémentaire pour les visiteurs. Dès l’entrée dans le village, c’est une ambiance surréaliste qui nous attend…. Une Emma Peel (l’héroïne de la série culte « Chapeau melons et bottes de cuir », 1ère version), plus vraie que nature, débarque sur un engin improbable accompagnée de la musique de générique de la série ! Passé l’étonnement, nous sommes conduits au restaurant où nous déjeunerons en terrasse. Mais le repas passera au second plan tant le spectacle qui va s’offrir à nous sera…. prenant et délirant !! Un serveur, un peu spécial, venu d’une autre époque, « Monsieur Maurice » va s’occuper de tout, sauf du service et fera souffler un vent de folie sur le repas. Pour cela, il sera accompagné de son employée, « Arlette Moineau », qui n’est autre que Madame Peel, qui nous accueillit. A eux deux, ils se livreront à un spectacle burlesque, avec l’aide involontaire mais amusée de quelques membres du club ! Les plats se succéderont, entrecoupés de sketchs, d’entartrage et de courses à la Benny Hill….. Un grand coup de chapeau à Michel B., qui contribuera grandement au spectacle. Le bougre tenant une forme…. olympique. Aux dernières nouvelles, Michel est en pourparler avec la direction du site pour un poste de saisonnier au sein du parc. Le repas passé, ce vent de folie continuera à sévir sur la visite assurée par Eve, notre charmante guide, (décidément, on a de la chance !). Michel B ; toujours lui et toujours aussi déchaîné viendra perturber les commentaires d’Eve qui partira, plus d’une fois, dans de franches rigolades ! A l’issue de la visite, nous pourrons découvrir des métiers présentés tels qu’à l’époque au travers d’ateliers, tels le potier, le forgeron, le boulanger. Ces ateliers permettent de renouer avec des gestes oubliés, calligraphier à la plume, modeler l’argile, photographier à l’ancienne, pétrir son pain, brassage local de la bière, tout en nous donnant le plaisir d’emporter les produits réalisés sur place. Mais les impératifs horaires du programme nous contraignent à prendre congé du village du Bournat, où nous sommes restés plus longtemps que prévu. Les deux comédiens du déjeuner, dans des costumes sidérants viendront nous dire au revoir, à leur manière, toujours dans la bonne humeur et le rire. Merci pour cet après-midi inoubliable en votre compagnie…..

Direction le gouffre de Proumeyssac, sur la commune de Le Bugue / Vézère (www.gouffre-proumeyssac.com ). Le gouffre de Proumeyssac est aujourd’hui la plus grande cavité naturelle du Périgord. Par un tunnel, on accède très facilement à cette immense voûte souterraine aux parois ornées d’une multitude de cristallisations d’une densité et d’une beauté extraordinaire. La nouvelle mise en lumière, soutenue par un accompagnement musical complète l’originalité de ce site. La visite de 45mn, commentée par un guide expérimenté, laissera un souvenir fort. Curiosité du site, la descente dans le gouffre, à l’aide d’une nacelle actionnée par un cheval. Jadis, les visiteurs descendaient trois par trois dans le gouffre à l’aide de ce système, aujourd’hui remis en service.

Encore une journée bien remplie et le retour s’effectuera, paisiblement, vers l’hôtel où le dîner se poursuivra tard, dans la joie et la bonne humeur.

Lundi 23 mai 2011

Du fait de ses obligations professionnelles, Jean-Luc nous a quittés hier en fin de journée. Il mérite un coup de chapeau pour avoir accompli 1000 kilomètres en 2 jours ! Cependant, il ne regrette en rien tous ces kilomètres tant ce rallye fût une remarquable réussite. Le retour à la réalité sera dur….. A 8h00, c’est Olivier et son épouse, sans oublier leur adorable petit chien qui nous quittent. Nous faisons nos adieux à ce couple fort sympathique et à leur belle Porsche 914 dont les problèmes d’allumage récurrents vont devoir nécessiter une intervention rapide .Départ des 12 véhicules vers Marquay, la Roque Saint-Christophe, Plazac et Thenon.

9h00, pause à Tourtoirac (comme à l’aller), toujours avec café et gâteaux ! Départ vers Excideuil où, du fait d’un feu et d’une déviation pour travaux, le groupe se disloque. Il est vite recomposé et poursuit vers Dussac, Sarrazac et Jumilhac. Peu après, l’Alfa de nos amis Bordelais stoppe…. L’Alfa, située en milieu de convoi, ce dernier s’en trouve coupé en deux et séparé ! Par ailleurs, du fait des vallées profondes, le message ne passe pas. Après un rapide diagnostique, on constate la perte du boulon en bout de vilebrequin. L’examen de toutes les boites à outils ne nous permet pas de remplacer un boulon énorme de 32 ! Aussitôt, nous décidons de remorquer le véhicule avec le 4x4 d’assistance. Nous réussissons enfin à prévenir l’avant du convoi de notre arrêt imprévu et de notre départ imminent. A 11h30, départ à vitesse réduite (40 km/h) pour cause de remorquage. Nous rattrapons le convoi de tête et décidons de rejoindre le prochain village à Saint-Priest, espérant y trouver un garage. La chance est avec nous car nous y trouvons bien un garage et ouvert à l’approche de l’heure du déjeuner ! De plus, nous sommes en présence d’une personne sympathique et disponible. Et pour cause, le garagiste est amateur d’ancienne et restaure une R8 Gordini… Après dételage et une poussette sur le pont, l’Alfa est en examen. 2ème coup de chance, le garagiste dispose du fameux boulon ! Il est monté tellement rapidement que, moins d’une demi-heure après, le convoi repart avec un (petit) retard d’une heure sur l’horaire prévu .Nous poursuivons vers Chalus, Oradour sur Vayres et Etagnac. 13h30, pause au Relais d’Etagnac. Après un repas fort sympathique, une première séparation a lieu car nos amis Bordelais et Charentais, soit 3 couples, rejoignent leurs domiciles respectifs. Vers 15h30, départ des 9 véhicules vers Saulgond, Oradour-Fanais, l’Isle- Jourdain et Lhommaizé. Puis à 17h00, c’est le dernier arrêt à Morthemer, à l’ombre, car le soleil a frappé durement pendant cette étape. Après un dernier rafraichissement bien frappé (notre Président, toujours aussi prévoyant, avait fait le plein de glace avant le départ), ce fût le moment des effusions. Chacun exprimant, à sa façon, l’immense bonheur de ce voyage, fort bien réussi et parfaitement organisé. Un dernier coup de chapeau à notre Président pour le succès de ce rallye et la grande satisfaction de ses participants !

Rendez-vous pour le rallye 2012, probablement vers une destination située en bord de mer…

 Lien vers l'album photo de la sortie, sur la page Facebook du club :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.140451386035312.38176.139829339430850&l=d1cab74f10&type=1

   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site