Rallye 2016 en Aquitaine (17 au 20 juin)

Vendredi 17 : Départ de Cenon de bonne heure, mais ça commence mal : Michel, notre guide et organisateur vient de nous lâcher, bien malgré lui…. Problème de santé et il est au C.H.U. de Poitiers. Nous aurons de ses nouvelles tout au long de ces 4 jours.

10 véhicules sont au départ, 4 nous attendent à Saint-Julien-l'Ars, 1 en Charente et 1 nous rejoindra à La Teste-de-Buch, soit 16 en tout (31 personnes).

Le convoi part sous la pluie…. Elle va nous accompagner jusqu'à Arcachon, avec parfois quelques accalmies mais aussi de temps en temps avec des trombes d'eau…

Max, la plupart du temps va prendre la tête de la file et faire de son mieux pour garder tout le monde. Pas toujours facile dans les traversées de bourgs, avec la circulation, les feux, les stops, les ronds-points,…

Le déjeuner a lieu à la ferme des Aulnais (Charente). Tout le monde mange de bon appétit, sauf notre président qui "n'a pas la frite"…

Nous remontons en voiture sous une pluie battante et repartons vers Saint-Emilion. De très jolis paysages tout au long de la route, mais hélas, c'est moins agréable avec cette météo !

L'arrivée à l'hôtel à La Teste-de-Buch se fait au compte-goutte, le convoi s'étant brisé à Langoiran, chaque groupe attendant l'autre groupe, mais pas sur la même route !! Finalement, tout le monde est là pour le dîner dans le restaurant voisin de l'hôtel.

 

Samedi 18 : Après un copieux petit-déjeuner pris à l'hôtel, nous partons en car vers Arcachon.   Arcachon

Arrivés à la jetée Thiers, nous embarquons sur un bateau qui nous fait visiter le bassin. Malgré la météo maussade, nous y voyons des parcs à huîtres, l'île aux oiseaux, les cabanes tchanquées, quelques pinasses, puis nous longeons de somptueuses villas avant d'arriver au village de Canon où nous attendent des ostréiculteurs qui nous parlent de leur métier et où nous dégustons des huîtres accompagnées de beurre, de citron et d'un verre de vin blanc.

Puis nous remontons sur le bateau qui nous mène vers le Cap Ferret et la dune de Pyla, avant de longer la côte arcachonnaise jusqu'à notre point de départ.

Et il est déjà l'heure de se restaurer (oui, encore !!) au "Moules & Beef". Là, le service est un peu long, mais le repas est très correct.

Petit temps libre que nous employons à visiter la ville, avant de nous regrouper devant le Syndicat d'Initiative afin de faire une balade en petit train dans la ville d'hiver : traversée du parc Mauresque, découverte des villas typiques du second empire et du début du XXème siècle et des rues pittoresques et sinueuses. Toute cette ville ayant été créée pour les riches curistes tuberculeux, soignés grâce aux pins, à l'air marin et au repos.

Peu après, nous reprenons le car qui nous ramène à l'hôtel, et c'est de nouveau l'heure du dîner.

 

Dimanche 19 : Départ à 9 heures sous les nuages. Nous longeons la côte jusqu'à Biscarosse-Plage où nous attendent deux membres du club local, l'un en Caterham Seven, l'autre dans un pick-up Chevrolet 1959. Nous exposons les voitures sur l'esplanade face à la mer et prenons quelques photos.

Expo

Puis après avoir ravitaillé en carburant, nous sommes guidés jusqu'à "La grange aux belles" qui est une sorte de garage-musée appartenant à un membre du club local. Là, ce sont de véritables merveilles que nous découvrons : Alpine, Bentley, Georges Irat, Buick, Lotus, etc…. les unes entièrement restaurées, d'autres en cours de démontage… Un joyeux capharnaüm où un amoureux des vieilles voitures aimerait passer ses vacances!

 

Nous gagnons ensuite le restaurant "Le Ponton". Mais, suite à une erreur de commande dans le nombre de convives, il faut adapter et certains se retrouvent dans une autre salle avec un menu différent. Malgré la bonne volonté des restaurateurs, le repas s'éternise et c'est avec une heure de retard que nous partons visiter le musée des hydravions à la base Latécoère.

Hydravion

Très beau musée, bien documenté, avec de belles maquettes, des éléments d'hydravions (moteur, aile, flotteur,…), des reconstitutions, des photos, des tenues de pilote, etc…

 

Mais comme un problème n'arrive jamais seul, en plus du retard accumulé, nous nous perdons en route en allant au parc de la Chêneraie à Gujan-Mestras, si bien que nous sommes obligés d'annuler la visite des blockhaus du mur de l'Atlantique.

 

Nous décidons alors de rallier le restaurant "La Féria" avec un peu d'avance et comme le temps est plutôt printanier, certains font une promenade autour du lac, tandis que d'autres se reposent devant une boisson…

Après un repas fort sympathique, tout le monde étant passablement fatigué, nous regagnons l'hôtel pour une bonne nuit de sommeil.

 

Lundi 20 : Dès 8h1/2, nous voici en route pour le retour. Tout va bien pendant les 50 premiers kilomètres, mais la 304 cabriolet donne des signes de fatigue. Ceux qui sont derrière lui s'arrêtent pour lui venir en aide tandis que les autres attendent à l'entrée de Saucats. Après 20 minutes de bricolage, la panne est localisée et réparée (faux-contact à un fil de bobine).

304

C'est alors que la 2CV "Charleston" décide à son tour de tomber en panne. Même punition: c'est la bobine qui est brûlante (elle s'était déjà manifestée la veille au soir). On la démonte et on la plonge dans de l'eau avec des glaçons. Réparation de fortune, mais qui permet au convoi de repartir. Emporté par son élan, il rattrape les autres qui s'étaient arrêtés ravitailler et les dépasse sans les voir. Michel trouve un garage à Créon, ce qui lui permettra de réparer durablement sa 2 CV et de rentrer par la nationale quelques heures plus tard.

 

Le restaurant à Jonzac ayant été prévenu de notre retard, s'est montré compréhensif et nous acceptait jusqu'à 14 h…. Nous sommes arrivés à moins 2 ! Remercions au passage le personnel qui a accepté de faire des heures supplémentaires pour nous servir.

À la sortie du restaurant, certains sont partis rejoindre l'autoroute, tandis que d'autres sont restés groupés pour suivre le trajet initialement prévu.

Pour rattraper quelque peu le retard, nous roulons bon train, sans aucun problème, pour arriver à Lavoux vers 19 heures. Mais comme la pluie a de nouveau fait son apparition, c'est avec  une certaine hâte que nous serrons les mains avant de prendre nos chemins respectifs.

Un rallye agréable, mais un peu gâché par une météo maussade, l'absence de Michel et Jonia  et peut-être un peu trop de kilomètres à abattre en 4 jours…..

Mais l'essentiel reste la bonne humeur de tous et ce genre de sortie permet à chacun de mieux connaître les autres et de resserrer les liens au sein du club.

 

N'oubliez pas de visionner le diaporama créé par France et les photos de Jean-Luc sur la page Facebook du club : https://www.facebook.com/pages/V%C3%A9hicules-Anciens-de-la-Vienne/139829339430850

 

Jean-Marie Douteau

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site